menu

Glossaire

Mise en œuvre, combinée ou séparée, de technologies, d’installations et de services visant à l’amélioration de l’efficacité énergétique lors d’une rénovation énergétique.

Le dispositif des CEE, créé en 2006, repose sur une obligation de réalisation d’économies d’énergie imposée par les pouvoirs publics aux vendeurs d’énergie. Ceux-ci doivent ainsi promouvoir activement l’efficacité énergétique auprès des consommateurs d’énergie: ménages, collectivités territoriales ou professionnels.

La cogénération est la production simultanée de deux formes d’énergie différentes dans la même centrale. Le cas le plus fréquent est la production d’électricité et de chaleur utile, la chaleur étant issue de la production électrique.

Il s’agit d’un contrat conclu entre un pouvoir adjudicateur et une société de services d’efficacité énergétique visant à garantir, par rapport à une situation de référence contractuelle, l’amélioration de la performance énergétique d’un bâtiment ou d’un parc de bâtiments, vérifiée et mesurée dans la durée, par un investissement dans des travaux, fournitures ou services

Analyse de l’immeuble effectuée par l’Opérateur d’efficacité énergétique.

Une énergie est dite renouvelable lorsqu’elle provient de sources que la nature renouvelle en permanence, par opposition à une énergie non renouvelable dont les stocks s’épuisent.

La personne morale ou physique qui est à l’origine de l’idée de base du projet et représente, à ce titre, les utilisateurs finaux à qui l’ouvrage est destiné.

Entreprise qui fournit des services de conception, de mise en œuvre des Actions de Performance Energétique (réalisation) et d’exploitation – maintenance afin de garantir une amélioration de l’efficacité énergétique, mesurée et vérifiée, dans la durée.

Un PMV consiste à analyser l’utilisation réelle de l’énergie pour déterminer les économies.
Le principe consiste à :
• mesurer l’énergie consommée pendant une période de référence, analyser les variables qui influencent significativement cette consommation d’énergie et déterminer l’équation d’ajustement ;
• mesurer l’énergie consommée pendant une période de suivi, après la mise en œuvre des Actions de Performance Energétique (APE).

Le pilotage énergétique vise principalement la conduite et la télégestion afin d’assurer le confort des occupants et la performance énergétique.

Elle établit les priorités d’action pour la gestion de l’ensemble des formes d’énergie sur le territoire, afin d’atteindre les objectifs nationaux fixés par la loi de Transition Energétique.

Il s’agit de la constitution d’un réseau primaire de canalisation transportant la chaleur, en la distribuant sur plusieurs bâtiments ou sites, et comprenant une ou plusieurs installation(s) de production et/ou un processus de récupération de chaleur à partir d’une source externe.

Il s’agit d’un politique énergétique des bâtiments que l’Etat a mise en œuvre pour la première fois suite au premier choc pétrolier de 1973 en 1974. Elle a pour but aujourd’hui de fixer une limite maximale à la consommation énergétique des bâtiments neufs pour le chauffage, la ventilation, la climatisation, la production d’eau chaude sanitaire et l’éclairage.

Dans le cadre d’un CPE, préalablement au lancement de l’appel d’offres, le maître d’ouvrage aura réalisé un audit patrimonial qui permettra de définir cette situation historique. Elle caractérise le bâtiment en identifiant les consommations énergétiques, le niveau de service, les données relatives aux ouvrages (plans, etc.) et au climat.

Elle est construite à partir de la situation historique et en constitue une présentation modélisée qui permettra de tenir compte des ajustements périodiques (par exemple température extérieure) et non périodiques (par exemple volume chauffé). Elle résulte d’un accord entre le maître d’ouvrage et l’Opérateur d’efficacité énergétique. C’est cette référence qui servira pour évaluer la performance énergétique. Elle constitue donc une pièce essentielle d’un plan de mesure et vérification (PMV).